Trois ouvrages pour mieux comprendre Vincent Van Gogh

A Quelque p’Art on aime bien voyager. En particulier dans les endroits où il y a des chouettes musées.

De retour d’Amsterdam, Sidonie a rapporté ce passionnant livre édité par le Van Gogh Museum « Van Gogh et ses lettres »

Van Gogh livres0001

Vous nous direz que des livres sur Van Gogh et sa correspondance, on en trouve par brouettes. Celui-ci a l’intérêt de nous présenter de nombreux croquis qui illustrent les fameuses lettres, et de les mettre en correspondance avec les œuvres finales du peintre. Un éclairage passionnant sur l’aspect formel mais aussi technique, puisque certains croquis détaillent clairement, par exemple,  quelles couleurs le peintre compte utiliser. Vincent précise également dans ses lettres, dessins à l’appui,  les palettes ou pinceaux que Théo doit lui acheter.

Si vous n’avez pas l’intention de vous rendre à Amsterdam prochainement, vous pouvez acheter le livre en ligne ici 

 

Du coup, j’ai fouillé dans la bibliothèque et retrouvé « C’était mon frère… »

Van Gogh livres0002Judith Perrignon ,  journaliste et écrivain, propose avec ce titre un récit à la fois romancé et très documenté sur la relation entre les deux frères Van Gogh. En se glissant dans la peau de Théo, l’auteure ne manque pas d’audace.

Mais le résultat est convaincant, porté par une écriture sobre mais poétique, en témoigne cette phrase «Les couleurs résistent vaille que vaille à la craie blanche de la mort »

Judith Perrignon, « C’était mon frère… Théo et Vincent Van Gogh », Ed. Folio

 

Pour terminer, nous mentionnerons encore cet ouvrage de Martin Gayford, en anglais cette fois : « The Yellow House »

Van Gogh livres0003Ici, on focalise sur les neuf semaines pendant lesquelles Gauguin a rejoint Van Gogh à Arles. Neuf semaines turbulentes, puisque c’est durant cette période qu’aura lieu le fameux épisode de l’oreille coupée.

On sent le gros travail de recherche dans ce livre, à travers lequel on en apprend un peu plus sur la personnalité de l’artiste et sur son intimité. Le plus : des illustrations qui comparent les œuvres de Gauguin et Van Gogh lorsqu’ils travaillaient sur les mêmes modèles.

Je n’ai pas trouvé de version française, mais voici les détails de l’édition anglaise :

Martin Gayford, “The Yellow House, Van Gogh, Gauguin and Nine Turbulent Weeks in Arles””, Penguin Books

Bonne lecture!

 

A propos Nathalie Pellissier

Créatrice et illustratrice de jeux et d'histoires
Cet article, publié dans A lire, Non classé, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s