Paul Klee, le voyage en Tunisie

Autant vous prévenir tout de suite, Paul Klee pose un certain problème à l’atelier. Si, personnellement, j’avoue une relation quasi épidermique avec l’œuvre du peintre, qui, à mon sens, frôle la perfection, Sidonie trouve le travail de Klee quelconque, pour ne pas dire mauvais.

Paul Klee, Motif de Hammamet, 1914, 48, aquarelle et crayon sur papier sur carton, 20,3 x 15,7 cm, Kunstmuseum Basel, Kupferstichkabinett, Legat Richard Doetsch-Benziger

Paul Klee, Motif de Hammamet, 1914, 48, aquarelle et crayon sur papier sur carton, 20,3 x 15,7 cm, Kunstmuseum Basel, Kupferstichkabinett, Legat Richard Doetsch-Benziger

C’est donc seule que je suis allée au Paul Klee Zentrum de Berne, et seule que je rédige ce billet.

Ce n’était pas ma première visite, mais le charme du lieu fonctionne toujours. Le bâtiment de Renzo Piano est si parfaitement intégré dans le paysage qu’on imagine qu’il a toujours été à cet endroit, collines de verre et de métal qui répondent aux collines environnantes.

Mais laissons la coquille, et passons au contenu.Actuellement et jusqu’au 22 juin 2014, vous pouvez admirer au sous-sol des œuvres de Klee, Moilliet et Macke, réalisées pendant et suite à leur voyage commun en Tunisie, en 1914. Moment déterminant dans l’histoire de l’art, et en particulier dans le parcours de Klee puisque c’est là-bas qu’il déclarera: Die Farbe hat mich (la couleur me possède), comme un cri chez celui qui se sent soudain peintre à part entière.

De la couleur, il y en a dans cette exposition, et la mise en parallèle avec Macke, travaillant, sur les mêmes paysages et les mêmes thèmes, permet de mettre en valeur l’extrême richesse de la palette de Klee.

August Macke, Marché à Tunis I, 1914, Aquarelle sur papier collé sur carton, 29 x 22,5 cm, Privatsammlung, courtesy Thole Rotermund Kunsthandel, Hamburg © LWL-MKuK/Rudolf Wakonigg

August Macke, Marché à Tunis I, 1914, Aquarelle sur papier collé sur carton, 29 x 22,5 cm, Privatsammlung, courtesy Thole Rotermund Kunsthandel, Hamburg
© LWL-MKuK/Rudolf Wakonigg

 

Oui, Macke est un excellent coloriste, mais il y a chez Klee une subtilité qui séduira jusqu’à ses détracteurs. Parce que si vous n’aimez pas cet artiste, c’est très certainement cette exposition qu’il faut aller voir pour entrer dans son univers. (D’ailleurs Sidonie pense de plus en plus à enfin s’initier…)

Encore un mot:  n’hésitez pas à vous rendre à Berne en famille, le Paul Klee Zentrum, c’est aussi Creaviva, un incroyable centre de médiation pour les enfants et les familles. Des espaces lumineux et spacieux dans lesquels on déménagerait bien volontiers notre atelier… On peut rêver, non?

 

 

 

 

 

A propos Nathalie Pellissier

Créatrice et illustratrice de jeux et d'histoires
Cet article, publié dans Expos à voir, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s